MARA TRANLONG - Femme artiste peintre née en 1935 à Montauban

Mara Tranlong (Marinette Vedry), du dessin sur porcelaine de Limoges à la peinture sur bois, en passant par la soie...


Marinette Vedry à l'École d'Art décoratif de Limoges
Marinette Vedry à l'École d'Art décoratif de Limoges

Marinette Vedry débute ses études à l'École d'Art Décoratif de Limoges en 1950

Durant 3 années Marinette Védry suit les cours de l’École d'Art Décoratif de Limoges. Elle y apprend le travail sur porcelaine en réalisant des reproductions "d'anciens" dont des "Bleus de Chine" qu'elle affectionne particulièrement. Une source d'inspiration qui ne cessera de l'accompagner durant toute sa vie. Cette spécialité de Limoges est enseignée durant les 3 années à raison de 3 heures tous les après-midi. Au programme, la peinture, les cours "d'anciens", le dessin et croquis avec modèle vivant et nature morte, le modelage y compris la broderie, l'histoire de l'art, que ce soit pour les garçons ou les filles.

Exposition des oeuvres de Marinette Vedry Paris -1953
Exposition des oeuvres de Marinette Vedry Paris -1953

En 1953 Marinette Védry quitte la Dordogne pour rejoindre Paris et réaliser ses premières expositions...

Marinette Védry arrive avec sa mère et son frère à Paris pour habiter rue Laugier. Elle rentre à l’École Élisa Lemonier où elle prépare le concours pour l’École d'Arts Appliqués Duperré. En parallèle de son école elle suit des cours du soir de peinture. Elle reste un an à l’École d'Arts Appliqués Duperré jusqu'à son départ car elle souhaite vivre à présent de sa peinture.

Exposition des porcelaines d'art de Mara Tranlong, vers 1955
Exposition des porcelaines d'art de Mara Tranlong, vers 1955

Marinette Védry, la décoration de boutons, de masques, les porcelaines d'art et les décors de théâtre...

Durant 2 années Marinette Védry, qui a 20 ans, expose à Paris à la Galerie Duncan. Elle y apporte ses œuvres qui lui permettent de gagner quelques sous. En parallèle elle fait plusieurs petits boulots, comme la décoration de boutons pour la Haute Couture dans le Sentier, la réalisation de masques pour le Carnaval de Rio, chez "Pinsonette" qui avait un petit atelier rue d'Orchampt, à deux pas du Bateau Lavoir. Son atelier atypique produisait des masques de Carnaval, pour les cabarets dont le Moulin Rouge mais la spécialité de la maison était de décorer, à partir de moules en plâtre, des faux jambons pour les devantures des boucheries et des faux seins pour les Folies Bergères. Parmi ses dizaines de petits boulots elle réalise avec le Chef Déco Lacombe, dans le Théâtre du Moulin de la Galette, les décors d'une pièce de théâtre de la troupe de Sacha Pitoëff...

Arlequin 200 x 80cm - 1958 - Marinette Védry et son frère Bernard
Arlequin 200 x 80cm - 1958 - Marinette Védry et son frère Bernard

En 1955, Marinette Védry réalise ses premières toiles en habitant dans l'école du 26 rue du Mont-Cenis à Montmartre

La famille Védry (sans le père, militaire, sous-officier supérieur engagé, décédé en 1943, torpillé par les allemands en rejoignant l'Algérie avec sa section de Tirailleurs Sénégalais) quitte la rue Laugier pour habiter au 26 rue du Mont-Cenis. La mère de Marinette Védry a obtenu un emploi réservé aux veuves de guerre. Elle sera la gardienne de l'école.
Durant les 4 dernières années, Marinette Védry, au delà de ses "petits boulots", possède "un emploi stable" dans un atelier d'abat-jours. Elle était seule à décorer les abat-jours produits par l'atelier de Monsieur Zedman, payée "à la petite semaine" comme il se faisait à cette époque. Elle y rencontre un de ses meilleurs camarades de galère, Dia, un Tirailleur Sénégalais qui revenait de 8 années passées en Indochine.
Par l'intermédiaire indirect de Dia, Marinette Vedry fait la connaissance de son futur mari Tran Long Nhon, à l'occasion d'une soirée cambodgienne. Tran Long Nhon, pourtant vietnamien était né au Cambodge.
Après les 4 années passées à décorer les abats-jours de Monsieur Zedman, Mara Tranlong donne des cours de dessin et de peinture dans des écoles privées catholiques, à Bagnolet, Boulogne-Billancourt et Perreire.

Durant 18 années de mariage Marinette Védry réalise seule, peintures, dessins, croquis et signe ses œuvres de son nom d'épouse "Tranlong". Celui-ci se charge de les vendre, le soir dans les restaurants du Quartier Latin. Mais elle expose aussi à la Belle Gabrielle chez Monsieur Thomas, sur la Place du Tertre, puis à Deauville, à Nice, à Nantes mais aussi à l'étranger, en Belgique entre autre...

Mara Tranlong dans son appartement rue de Steinkerque au pied de la Butte Montmartre
Mara Tranlong dans son appartement rue de Steinkerque au pied de la Butte Montmartre

En 1978, la signature "Tranlong" mise à l'épreuve des experts du tribunal de Paris

C'est l'emploi de la signature qui sera à l'origine d'un virulent conflit devant les tribunaux, avec bataille "d'experts" à l'appui pour départager les époux dans leurs droits. Qui est le véritable artiste ? Tran Long Nhon revendique la paternité des œuvres, Marinette Vedry aussi. Dans le doute les tribunaux obligeront les deux parties à accoler leur prénom ou patronyme à la signature "Tranlong" comme en témoigne cette décision de justice.
Après son divorce Mara Tranlong déménage, avec ses deux fils devenus grands, au 16 rue de Steinkerque, de l'autre côté de la Butte Montmartre. Les temps sont durs, elle doit peindre, vendre elle-même ses toiles et s'occuper de ses fils. Beaucoup de ses marchands, si ce n'est tous, lui ont tourné le dos puisqu’ils ont du mal a assumer le fait que l'artiste soit une femme française qui signe ses œuvres d'un nom vietnamien.


 

Faux tirages de lithographies attestés par une signature imitée
Faux tirages de lithographies attestés par une signature imitée

La rencontre avec le marchand Robert Mouret au début des années 1980

N'ayant plus les moyens de rester à Montmartre, Mara Tranlong, quitte avec grand regret le quartier de ses débuts d'artiste. Elle s’établit à Clichy-la-Garenne non loin de son ami de toujours, l'ancien d'Indo, Dia. Elle continue à peindre, sans relâche, dans une petite pièce qui lui sert à la fois de chambre et d'atelier. Durant de très longues années elle n'aura de choix pour vivre que d'apporter elle-même ses œuvres pour les mettre aux enchères dans les salles des ventes, à la grande joie des commissaires priseurs et des marchands...
Suite à la parution sur l'Officiel International de la peinture et sculpture contemporaine 1981 - 1980, Mara Tranlong reçoit chez elle, la visite du marchand Rober Mouret. Celui-ci lui propose de travailler pour un "premier regard" durant les 3 prochaines années. Peut-être est-ce la fin des années difficiles... Il lui propose quelques mois plus tard de tirer des lithographies à tirage limité. Commencera pourtant un infini calvaire jusqu'à aujourd'hui puisque d'innombrables lithographies se vendent toujours de par le monde avec des mentions de tirage très fantaisistes, vendues à des prix qui ne correspondent plus à rien... Une plainte est en cours...



 

Mara Tranlong dans son appartement à Clichy
Mara Tranlong dans son appartement à Clichy

Changement de cap vers les années 1984-1985, le travail sur soie est progressivement abandonné

Mara Tranlong tend elle-même ses toiles depuis des années. Des centaines d’œuvres ont été réalisées sur deux simples couches de soie encollées et agrafées aux châssis. Un bon support devait bien résonner, comme un tambour... Ensuite un apprêt était déposé pour lisser plus encore la soie et permettre de travailler plus finement.
Mara Tranlong décide de changer de support confrontée à la problématique des châssis à clé qui sont plus ou moins bien adaptés à la soie. Car les œuvres vieillissent mal si on n'y prend garde. Il faut les protéger avec une vitre anti-reflet, obstruer le dos pour éviter que l'humidité se propage, que la soie se pique ou que des moisissures s'installent...


 

Mara Tranlong "Le veilleur de nuit" Tempera sur carton 100 x 60 cm
Mara Tranlong "Le veilleur de nuit" Tempera sur carton 100 x 60 cm

La peinture de Mara Tranlong évolue sur de nouveaux supports au début des années 1990

Un stock de beaux cartons blancs lui permet pourtant de revenir à un des supports qu'elle maitrise bien. Il lui permet de changer de format mais surtout de sortir du thème des nus qui devenait lassant. Sur des fonds sombres, Mara Tranlong va placer des lucioles qui éclairent des femmes oiseaux, des jeunes gens de pierre, de plumes, survolant des cités.
Cette série des "plumes" va la conduire vers le thème des oiseaux, des fauconniers, des aigles et des chouettes. Puis le thème des arbres, des figuiers et des Ginko qu'elle affectionne particulièrement sera aussi traité sur bois, sans oublier les bouquets de fleurs et de tournesols, sujets que Mara Tranlong, dans sa jeunesse, a longuement peints et dessinés. Cette série nocturne à ciel étoilé va annoncer de nombreux changements dans son travail.

Mara Tranlong - Foulards peints - Gutta et étuvage
Mara Tranlong - Foulards peints - Gutta et étuvage

En 2000, les derniers soubresauts de la soie...

C'est avec regret que Mara Tranlong abandonne sa technique qu'elle maitrise depuis une trentaine d'années, mais cela ne l’empêchera pas de travailler plus classiquement avec gutta et étuvage pour fixer les couleurs sur soie.
Elle va produire ainsi de très nombreux foulards, écharpes, châles pour ses clients. Certaines pièces sont mêmes re-tendues et encadrés par leurs soins afin de les exposer. On en revient toujours au châssis sauf que les œuvres sont réalisées sur une seule couche de soie et sont donc bien plus fragiles.

 

Mara Tranlong vases en verre et Gutta dans son atelier-appartement. Au fond "La Scène Animalière" et un Ginko
Mara Tranlong vases en verre et Gutta dans son atelier-appartement. Au fond "La Scène Animalière" et un Ginko

Le verre est aussi l'un des supports sur lequel travaille Mara Tranlong dans les années 2000...

L'expérience acquise durant de nombreuses années, avec son travail sur porcelaine et sur soie, conduit Mara Tranlong à réaliser une série de vases en verre qu'elle décore de végétaux, fleurs et insectes. Son travail minutieux, tout autant que sur ses soies, lui permet de s'exercer sur un autre support en vue des changements qui vont s'opérer, un peu malgré elle, au gré de ses inspirations et des contraintes.

Mara Tranlong "L'Arbre Sauvage" Acrylique Tempera sur bois 100 x 70 cm
Mara Tranlong "L'Arbre Sauvage" Acrylique Tempera sur bois 100 x 70 cm

Les premières œuvres sur bois réalisées en 2000 vont annoncer trois grandes collections jusqu'en 2017

Pour ne plus avoir de problème d'encadrement, de châssis à tendre et de vitres cassées lors des transports, Mara Tranlong va choisir le bois comme suport à sa peinture. N'ayant jamais dessiné d'animaux elle va tenter de mettre en place des croquis pour en faire des panneaux de décoration. Ce sera une époque entièrement nouvelle avec la réalisation de ses œuvres sur différent formats, petits et moyens, en mixant les matières comme la toile et le bois, en peignant le cadre comme sur cet exemple qui est le premier d'une très longue série de tigres.
Puis ce sera cet essai concluant, Le Tigre de Pierre, qui posera les bases d'un travail futur de plusieurs années, "La Scène Animalière".

Mara Tranlong devant "Tumulte à Copenhague" en hommage à Céline
Mara Tranlong devant "Tumulte à Copenhague" en hommage à Céline

Mara Tranlong applique à présent ses matières sur de larges plaques de bois...

A présent Mara Tranlong exécute toutes ses œuvres sur bois. Une large plaque poncée de ses mains, enduite et re-poncée, apprêtée selon un mélange particulier couche après couche, couleur après couleur, les superpositions créant sa matière si particulière. Mara Tranlong achève après des semaines, voire des mois certaines de ses œuvres en apportant d'innombrables couches de vernis.

Après 6 années de travail et après avoir réalisé plusieurs collections sur bois dont la "Scène Animalière" et "Les Loulous de Montmartre", Mara Tranlong vient de terminer en 2017, une œuvre minutieuse, comme jamais réalisée auparavant. 8 panneaux qui représentent des scénettes tirées de l’œuvre du romancier Louis-Ferdinand Céline. Un hommage très particulier puisque l'auteur aura accompagné Mara Tranlong toute sa vie, une vie entière à peindre et dessiner sans discontinuer.

Et ces deux uniques critiques d'art, dont elle est très fière, pour toute sa vie d'artiste...

D'une grande pureté calligraphique, le dessin de Mara Tranlong fait naître la poésie des volumes et des formes qu'elle enserre. une extrême réserve et une émotion contenue caractérisent cette peinture à la recherche de la beauté pure. M. Maison

Mara Tranlong a longtemps décliné sa peinture autour du thème de la femme orientale, à peine vêtue de soie et de gaze translucide laissant apparaître son corps diaphane. Elle s'est peu à peu tournée vers une peinture onirique laissant une plus grande place à l'imaginaire, même si le corps reste présent et le dessin toujours fin et racé. Editions REGARDS




Dimanche 22 Octobre 2017
Vendredi 8 Décembre 2017